Ciné-Zoom

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil DVD Coffret LES GRANDES FICTIONS DE LA TELEVISION - Délire à deux
LES GRANDES FICTIONS DE LA TELEVISION

LES GRANDES FICTIONS DE LA TELEVISION - Délire à deux

( 13 Votes )
Index de l'article
LES GRANDES FICTIONS DE LA TELEVISION
Cyrano de Bergerac
Dom Juan
La Mégère Apprivoisée
Le Golem
Les Joueurs
L'Espagnol
Délire à deux
Les Perses
L'Auto Rouge
Le Mariage de Figaro
La Terreur et la Vertu
Les Verts Pâturages
La Séparation
Toutes les pages

DELIRE A DEUX Réalisé par Michel Mitrani d’après Eugène Ionesco – 1968 – 0h52 - Image : Marc Fossart – Son Jean-Claude Dumoulin – Montage : Pierre Ramecourt - Avec : Michel Piccoli, Suzanne Flon, Jean Lescot, Michel Robin

Alors que la guerre fait rage au dehors, un couple vieillissant et négligé (Michel Piccoli et Suzanne Flon) se livre à une dispute absurde et sans fin dans un petit appartement qui tombe en morceaux sous les bombardements.

Mitrani c'est, pour moi, à part l'ami, une ligne tracée dont il n'aura jamais dévié : maintenir à tout prix le contact entre le monde littéraire contemporain français et celui de la télévision publique. Son souvenir est lié à Sartre (Huis-Clos), Beckett (Tout ceux qui tombent), et plus tard Julien Gracq (Un balcon en forêt). Ici, il s'agit de Délire à deux d'Eugène Ionesco, morceau d'avant-garde à tous égards, dont il déjouera les pièges de façon magistrale. Il y est aidé par deux acteurs magnifiques et au sommet de leur forme, Suzanne Flon et Michel Piccoli. Et il ne s'agit pas là de deux comédiens en début de carrière, non, les deux sont déjà au zénith de la célébrité. Ils auraient pu rester timides en face de cette oeuvre difficile, surtout à la télévision, cette bâtarde déjà considérée à l'époque par les « gens biens » comme un divertissement d'ilotes. Pas question : ils s'en donnent à coeur joie. Marcel Bluwal

Complément : Ionesco à Zurick : à quoi joue Ionesco ? Réalisé par Michel Mitrani – 1969 – 0h48 - Image : Henri Sicard - Son : Jean Millet - Montage : Françoise Hubert - Mixage : Gérard Bockenmeyer

Persuadé qu'une interview classique ne peut être qu'une contrevérité, Ionesco préfère improviser entre deux lectures, gags, grandes tirades et autres petites scènes devant la caméra complice de Mitrani.



 

Recherche Google

Publicité