Ciné-Zoom

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil DVD Coffret LES GRANDES FICTIONS DE LA TELEVISION - Le Golem
LES GRANDES FICTIONS DE LA TELEVISION

LES GRANDES FICTIONS DE LA TELEVISION - Le Golem

( 13 Votes )
Index de l'article
LES GRANDES FICTIONS DE LA TELEVISION
Cyrano de Bergerac
Dom Juan
La Mégère Apprivoisée
Le Golem
Les Joueurs
L'Espagnol
Délire à deux
Les Perses
L'Auto Rouge
Le Mariage de Figaro
La Terreur et la Vertu
Les Verts Pâturages
La Séparation
Toutes les pages

LE GOLEM Réalisé par Jean Kerchbron d’après Gustav Meyrink – 1967 – 1h52 - Image : Albert Shimel – Montage : Guy Fourmond – Son : Willy Vinck – Mixage : Paul Bonnefond – Décors: Jean Gourmelin - Musique : Jean Wiener - Avec : André Reybaz, Magali Noel, François Vibert, Françoise Winskill

Un homme se trompe de chapeau au cours d’un service religieux. En rêve, il va revivre la vie du propriétaire de ce chapeau : Athanase Pernath est tailleur de gemme dans le ghetto de Prague. Malgré lui, l’homme va être mêlé à la vie de ses voisins. Les histoires de famille, d’escroqueries, de jalousies et de vengeances vont conduire Pernath en prison, alors que plane sur la ville la menace du Golem, ce monstre créé par un rabbin et qui se réveille tous les trente-trois ans.

"Le Golem" est l'exemple extrêmement rare en France, télévision et cinéma confondus, d'une volonté expressionniste poussée jusqu'à l'extrême et radicalement réussie. Ici aussi la liberté d'adaptation et de réalisation du metteur en scène a été totale. Et il a été suivi jusqu'au bout par la télévision de l'époque, y compris pour l'horaire de diffusion. En effet, à la télé nationale de ces années-là, 20H30 était l'heure normale de passage des "dramatiques" aussi difficiles fussent-elles. Jusque-là, Jean Kerchbron, un des plus "anciens" de la RTF puis de l'ORTF, avait touché à tous les domaines, très souvent avec succès – depuis ses interprétations de pièces classiques jusqu’à des films d’espionnage. Ici, d’un coup, il explose dans ce qui est pratiquement du cinéma fantastique. « Le Golem » est un des derniers exemples de film tourné en noir et blanc. A partir de la création de la 2e chaine couleur, la même année, le noir et blanc va très rapidement disparaître. Marcel Bluwal



 

Recherche Google

Publicité