Ciné-Zoom

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Théâtre et Spectacles JACQUES PREVERT, PARIS LA BELLE - Le cinéma
JACQUES PREVERT, PARIS LA BELLE

JACQUES PREVERT, PARIS LA BELLE - Le cinéma

( 15 Votes )
Index de l'article
JACQUES PREVERT, PARIS LA BELLE
L’enfance et l’adolescence
L’époque de la rue du Château
Le cinéma
Les Textes et chansons
Prévert et ses amis photographes
Tableaux et collages
Principaux ouvrages de Jacques Prévert
Les commissaires de l’exposition
Toutes les pages

quai des brumesLe cinéma

Jacques Prévert se fait connaître dans les années 1930 comme scénariste et dialoguiste de cinéma. Son premier scénario, écrit pour le film de son frère Pierre, L'affaire est dans le sac (1932), est une variation sur le burlesque. En 1933, il travaille avec Claude Autant-Lara (Ciboulette) puis, en 1935, il écrit les dialogues du film réalisé par Jean Renoir, Le Crime de M. Lange. L’engagement politique et social de Prévert se fait sentir dans cette histoire d’imprimerie reprise en main par les ouvriers à la suite de la mort présumée de leur patron.

C’est lors d’une représentation de La Bataille de Fontenoy par le groupe Octobre, que Jacques Prévert fait la connaissance du jeune réalisateur Marcel Carné, puis de son décorateur, Alexandre Trauner. Carné, séduit par l’humour de Prévert, lui demande d’écrire les dialogues de son prochain film, Jenny. Nous sommes en 1936. Pendant plus de dix ans, le trio fonctionne à merveille. Il donne naissance à un nouveau style cinématographique, le « réalisme poétique », auquel Carné préfère l’appellation de « fantastique social », et enchaîne les chefs-d’oeuvre jusqu’à l’immédiate après-guerre : Drôle de drame, Le Quai des brumes, Le jour se lève, Les Visiteurs du soir, Les Enfants du paradis et Les Portes de la nuit.
Planche déssinée manuscrite pour le scénario des visiteurs du soir
Le style de Prévert se retrouve aussi dans des films de Christian-Jaque, Jean Grémillon, Paul Grimault ou Pierre Prévert. Il suffit souvent d’une réplique pour qu’il se révèle, mélange de poésie des faubourgs, de jeux de mots tendres et corrosifs. Aux succès reconnus viennent s’ajouter les films auxquels il a collaboré sans que son nom soit mentionné au générique (Une femme dans la nuit d’Edmond T. Gréville en 1941, ou La Marie du port, de Marcel Carné en 1949), et des dizaines de projets jamais tournés.


LES ENFANTS DU PARADISLes Enfants du paradis

Réalisé par Marcel Carné pendant l’Occupation, Les Enfants du paradis est un film monumental, qui mélange les genres (pantomime, mélodrame, comédie…) et les personnages (fictifs : l’héroïne Garance, ou réels : le mime Deburau, le comédien Frédérick Lemaître, le bandit Lacenaire). Tourné et monté dans des conditions rocambolesques et avec des moyens sans précédent entre 1943 et 1945, c’est à la fois un hymne à l’amour fou, le plus bel hommage qui soit au monde du spectacle et une preuve éclatante de pérennité de la création artistique par-delà les tourments de l’Histoire.

Film de plus de trois heures, divisé en deux époques, porté par une distribution exceptionnelle (Arletty, l'actrice préférée de Carné et de Prévert, entourée de Jean-Louis Barrault, Pierre Brasseur, Marcel Herrand, Maria Casarès, etc.), Les Enfants du paradis constitue également une référence insurpassable en termes de création collective : Jean-Louis Barrault a apporté l’idée, Jacques Prévert signe le scénario, Alexandre Trauner dessine les décors, Joseph Kosma compose la musique (ces deux derniers dans la clandestinité, car ils sont juifs), et Marcel Carné fait le lien entre tous.

Un film qui, lors de sa sortie en 1945 restera plus d’un an à l’affiche à Paris, et sera élu en 1979 par l’académie des César « meilleur film français de tous les temps », puis en 1990, par un jury de 500 professionnels du cinéma « plus grand film français de tous les temps »


Page du scénario manuscrit de Quai des BrumesPrincipaux films écrits ou coécrits par Jacques Prévert

- 1932 : L’Affaire est dans le sac (Pierre Prévert).
- 1933 : Ciboulette (Claude Autant-Lara).
- 1935 : Le Crime de M. Lange (Jean Renoir).
- 1936 : Jenny (Marcel Carné).
- 1937 : Drôle de drame (Marcel Carné).
- 1938 : Le Quai des brumes (Marcel Carné).
- 1939 : Le jour se lève (Marcel Carné).
- 1939-1941 : Remorques (Jean Grémillon).
- 1942 : Les Visiteurs du soir (Marcel Carné).
- 1943 : Lumière d’été (Jean Grémillon).
- 1943 : Adieu... Léonard ! (Pierre Prévert).
- 1943-1945 : Les Enfants du paradis (Marcel Carné).Joseph Kosma, JAcques Prévert,Marcel Carné, Jean Gabin et Alexandre Trauner
- 1945 : Sortilèges (Christian-Jaque).
- 1946 : Les Portes de la nuit (Marcel Carné).
- 1948-1953 : La Bergère et le Ramoneur (Paul Grimault), version inachevée du Roi et l'Oiseau (1979).
- 1949 : Les Amants de Vérone (André Cayatte).
- 1956 : Notre-Dame de Paris (Jean Delannoy).

 

 

 

 



 

Recherche Google

Publicité