Ciné-Zoom

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Théâtre et Spectacles AVEC OU SANS BULLES ?

AVEC OU SANS BULLES ?

( 12 Votes )
Index de l'article
AVEC OU SANS BULLES ?
Les protagonistes
Informations/Réservations
Toutes les pages

avec ou sans bullesDu 2 Octobre au 2 Novembre 2008

Théâtre le Funambule
Paris Montmartre

VU - 4 Zooms

Ecrite par Floriane Vogel
Interprétée par Floriane Vogel, Grégoire Archier, Xavier Lafarie
Mise en scène par Jean Périmony - Chorégraphie par Yoann Joliet

A voir absolument !

Représentations :Jean Périmony

Jeudi, Vendredi, Samedi à 21h30 - Dimanche à 20h

Une pièce, que nous vous conseillons vivement !

Clémentine HOUDART, Assistante Metteur en scène
Charlotte STALANOSWKI, Scénographe
Romain DUBRAC, Ingénieur du son
Texas Couscous, Musique

Résumé

Un homme rencontre une femme, un restaurant et son serveur burlesque. Leurs points communs : l’art et les plaisirs gustatifs. Leurs divergences : le reste ! Du moins le croient-ils. Mais attention, on se perd vite au jeu de la séduction. Sa signification première étant tromperie, qui s’y tromperait ? Ou plutôt qui trompe qui ?
La vie comme le théâtre est faite de nuances, de demi-teintes et de contrastes entre lesquelles on navigue comme on peut. Et cela grâce à la complexité de la nature humaine, des relations entre hommes et plus encore, entre homme et femme. Quoi alors de plus naturel que de donner à voir, à entendre, à ressentir toutes le subtilités d’une rencontre entre un homme et une femme, apparemment forts d’apparence, où la séduction, le charme et la sensualité opèrent en crescendo. Le tout relevé par l’univers décalé mais ô combien touchant de ce serveur. Chaque personnage est singulier de par son univers qui lui est propre mais aussi parce qu’il s’attache à des petites choses, à ces délicieux petits riens qui le font sortir de la généralité. Il s’agit donc d’un jeu avec les possibles et les sensibilités, avec les couleurs, les formes et les regards, avec les mots que l’on dit et ceux que l’on ne dit pas… C’est une pièce légère, comme une bulle de savon, pétillante et douce comme une bulle de champagne, sans pour autant être une simple distraction, puisque derrière cette légèreté se cache d’autres réalités plus hautes… Le poids des blessures et des peurs qui pèsent sur les rêves et les empêchent de s’envoler. C’est un bout de rêve, un brin d’envie, un bout de trêve, un brin de vie. Note de l’auteur
Floriane Vogel
 
Le présent, l’affectif, la cruauté ; l’humour se mêlent dans cet «impromptu» où se trouvent et se retrouvent nos personnages sous l’oeil vigilant d’un serveur insolite. Notons aussi la richesse de l’écriture. Chacune, chacun y trouverez un peu de lui-même.
Note du metteur en scène
Jean Périmony


Les personnages

Raphaël est écrivain, passionné d’art et de femmes. C’est quelqu’un de très charismatique qui donne l’impression d’être posé. Il a un humour fin et l’oeil pétillant, l’esprit affûté et toujours à l’affût.
 
Léona est à la tête d’une grande entreprise de presse féminine. C’est une working-girl qui jongle entre ses rendez-vous, les soirées évènementielles et ses amies. Taille svelte, bien habillée, débordante d’énergie, elle a l’esprit vif et taquin. Elle donne l’impression d’être une femme accomplie et possède aussi un goût très prononcé pour la peinture.
 
Le serveur, lui, est un amoureux inconditionnel des plaisirs du terroir et des jolies clientes. Ses parents tenaient déjà une ferme en Islande et il a voulu perpétuer le savoir-faire familial en rachetant une ferme en périphérie parisienne et en ouvrant un restaurant « bio » au sein de la capitale.
 
 
Notre avis :
Une pièce dont on ne peut que faire l'éloge et qui surprend sur tous les points de vue...
 
L'écriture est subtile et bien formulée. Les scènes nous font aussi, comme les personnages, passer par tous les états. Floriane Vogel, qui signe ici sa première pièce à l'écriture, nous met face à une situation à priori banale, qu'est la rencontre de l'autre, avec le désir amoureux et l'envie de mieux apprendre à se connaître face à la séduction, à la sincérité et à l'analyse du comportement de l'homme et de la femme, face à leur complément. Le doute de la relation s'installe chez ce jeune couple qui se rencontre pour la première fois, et qui se revoie en se confiant intimement même. Une écriture fluide qui se laisse porter par les mots, qui n'est pas sans rappeler un brin, les pièces de Sacha Guitry, qui savait lui aussi parler du couple et de son questionnement quotidien, par des situations anodines, qui forment la relation et la réunion de deux êtres totalement différents.
 
Ici, les bons mots ne manquent pas et c'est avec un réel plaisir que l'on entend l'articulation et les liaisons de la langue française (ce qui se perd de nos jours dans le théâtre contemporain). A noter, la superbe scène métaphorique des plantes, un bouquet d'érotisme pour parler d'amour physique. Il était culotté pour le théâtre de laisser une fin ouverte, comme cela se pratique souvent au cinéma. Un vrai parti pris où, le spectateur pourra imaginer la suite des événements, face à ses propres résonances, que cette pièce lui procurera, selon son vécu ou simplement face à des situations amoureuses du moment de lui-même ou de proches. Le spectateur, homme ou femme, ne peut que s'identifier à ce qui se passe sous ses yeux... Un magnifique pamphlet qui finalement retrace la peur d'aimer de tout un chacun ! Floriane Vogel, un auteur à suivre...
 
Le jeu des acteurs. La fantaisie de manque pas, amenée par Xavier Lafarie, le serveur du restaurant où, la rencontre s'effectue entre les deux autres, ainsi que par une scène de type "Cabaret", qui plonge dans les fantasmes de la première rencontre, afin de dévoiler les retenues et les frustrations du couple qui en général se cache tout au début. Floriane Vogel est aussi sur scène et interprète cette jeune femme pleine de doutes et de déceptions amoureuses, mais qui est une femme libre d'expression, vive, joyeuse, rêveuse et qui est empreinte aussi d'un fort tempérament combattif. Une femme séduisante pour tout cela comme le disent son compagnon de scène et le serveur un peu jaloux de cet homme chanceux. Sur scène, elle ose se mettre en danger et ça fonctionne. Léona a le regard qui pétille, comme les bulles d'un champagne d'un bon chai, que l'on vient d'ouvrir et de déguster pour la première fois et on en redemande une coupe et plus encore... La séduction opère sur le public, masculin en tout cas.
 
Rassurer vous mesdames, il peut en être de même pour vous séduire, car Grégoire Archier, sous son air joueur et malicieux, assume bien le côté fragile de Raphaël, ce garçon qu'il interprète, qui a peur de passer là sur la chance de sa vie, pour être le compagnon de cette femme qui l'attire. Son jeu est sincère et juste.
Xavier Lafarie amène également du burlesque par son gestuel et ses déplacements orchestrés comme dans un corps de ballet. Il virevolte à sa guise et à son aise et ponctue parfaitement les échanges entre les deux autres protagonistes. Un personnage clé, comme Guitry savait les utiliser, qu'ils soient des bonnes ou des garçons de café. Ici c'est ausii le cas.
Les comédiens clament le texte avec naturel et l'on comprend tout : la diction est parfaite, pas un mot, ni un bon mot ne nous échappe. Leurs déplacements sont aériens et l'éclairagejudicieux.
 
La mise en scène quant à elle est efficace, elle met en valeur le rythme donné au texte et aux déplacements, ainsi que le jeu des comédiens, qui se retrouvent toujours face au public.
 
Une pièce à consommer, avec ou sans bulles, mais sans modération : allez-y ! Et dites-le autour de vous...
Gérard Chargé - 4 Zooms -
 


 

Recherche Google

Publicité