Ciné-Zoom

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

ENKI BILAL

Index de l'article
ENKI BILAL
Filmographie
Toutes les pages

Enki BilalRéalisateur, Scénariste, Dialoguiste, Auteur, Décorateur, Costumier français


Né le 7 octobre 1951 à Belgrade, en République fédérale socialiste de Yougoslavie, d'un père bosniaque (tailleur du maréchal Tito) et d'une mère tchèque, Enes Bilal déménage à Paris avec sa famille en 1960. Enfant, il tourne dans un film où son personnage dessinait à la craie sur les trottoirs. Il s'agissait d'une course poursuite entre deux bandes rivales d'enfants. Il dessine, et propose ses dessins à la rédaction de Pilote, mais il est renvoyé chez lui. Il revient en 1971 pour remporter un concours du magasine de bande dessinée. Il y dessine alors les hommes politiques de l'époque (Valéry Giscard Destaing, ...).

 

 

Enki BilalAprès un passage rapide aux Beaux-Arts, en 1972 il publie sa première histoire, "Le Bol maudit", dans le journal Pilote. il rencontre Pierre Christin, scénariste de "Valérian", en 1975, il publie de son premier album, "La Croisière des oubliés" sur un scénario de Pierre Christin. Ils récidivent en 1976 avec "Le vaisseau de Pierre" et en 1977 avec "La ville qui n'existait pas". En 1979, le duo remporte le prix RTL de l'Album de bande dessinée destinée aux adultes pour le succès "Les Phalanges de l'Ordre noir" et se place au 11ème rang du magazine Lire, recensant les 20 meilleurs livres de l'année 1979. Leur collaboration se poursuit : ils réalisent ensemble plusieurs ouvrages d'illustrations et de photos détournées pour les éditions Dargaud et Autrement "Los Angeles""l'étoile oubliée de Laurie Bloom" et "Cœurs Sanglants". Il signe l'affiche du film "Mon oncle d'Amérique" d'Alain Resnais.


Enki Bilal
En 1982 parait "Crux universalis" et "Die Mauer". Il dessine une partie des décors, imagine les costumes et réalise des GLASS PAINTING pour le film "la vie est un roman" d'Alain Resnais. L'année suivante l'album mythique "Partie de Chasse" lui vaut des critiques dithyrambiques. En 1985, il fait des Recherches graphiques pour "Le Nom de la Rose" de Jean-Jacques Annaud, d'après le roman dUmberto Ecco. En 1986 il publie le deuxième opus de La trilogie Nikopol: "La Femme piège". Il rencontre Patrick Cauvin qui devient son ami et ils signent ensemble "Hors jeu", un album de textes et d'illustrations consacré au thème des Sports. L'année suivante, il est le 14ème président du Salon International de la Bande Dessinée à Angoulême et gagne le premier prix. Accompagné par le photographe Josef Koudelka et du peintre-illustrateur-photographe-dessinateur Guy Pellaert, il fait une exposition au Palais de Tokyo.



Enki BilalEN 1989, Il réalise son premier film dans un graphisme inspiré de la BD, "Bunker palace hôtel" avec Jean-Louis Trintignant et Carole Bouquet. Il publie ensuite chez les Humanoïdes Associés sur un scénario de Jean-Pierre Dionnet, l'album "Exterminateur 17" qui avait été publié en 1978 dans les pages de Métal Hurlant. L'éditeur réédite l'ensemble de ses œuvres publiées auparavant aux éditions Dargaud. Denis Lavaillant lui demande de dessiner les décors et les costumes de "OPA mia" présenté au festival d'Avignon. Il réalise ensuite les Décors et les costumes de "Roméo et Juliette", le ballet de Prokoviev, sur une chorégraphie d'Angelin Preljocaj. Pour la fin d'année 1991, il expose pendant deux mois à la Grande Halle de la Villette à Paris puis l'année suivante à la grande arche de la défense. En 1993, il termine sa trilogie Nikopol avec "Froid équateur", élu meilleur livre de l'année tous genres confondus pour le magazine Lire. Une première dans l'histoire de la bande dessinée.



Enki BilalEn 1994 c'est l'exposition et l'édition de "Bleu sang". Puis deux ans après, il fait paraitre "Mémoires d'autres temps". En 1997, il réalise et co-écrit avec Dan Frank son deuxième film "Tykho moon", on y retrouve Jean-Louis Trintignant accompagné par Julie Delpy, Joseph Leysen, Michel Picolli et Richard Bohringer dans un univers fantastique et original. Il revient à la bande dessinée avec la parution de "Le Sommeil du Monstre", le premier volume de sa nouvelle trilogie. Il enchaine avec l'album "Un siècle d'amour" aux éditions Fayard en collaboration avec Dan Franck. Il enchaine ensuite les expositions avec l'exposition magma au Museo Diego Aragon Pignatelli Naples, l'exposition Le Sarcophage et en 2001 l'exposition "enkibilalandeuxmilleun".

Enki Bilal

En 2003 c'est le deuxième volume de la trilogie commencé avec "le sommeil du monstre" qui parait "Trente-deux Décembre". L'année suivant il réalise son troisième film "Immortel (ad vitam)" mélangeant image de synthèse et acteurs réels reprenant trois personnages de la trilogie "Nikopol" : la femme piège, le dieu Horus et Nikopol avec Linda Hardy, Charlotte Rampling, Yann Collette, Thomas Kretschmann, Frédéric Pierrot. Il est membre du jury du 31ème Festival du film américain de Deauville. En 2006, il crée l'illustration du timbre de France Europa sur le thème de l'intégration. Le troisième tome de la trilogie des monstres parait en 2007, "Rendez-vous à Paris", dans lequel est fortement sous-entendu que la trilogie qui deviendra une quadrilogie en 2007 avec "Quatre?", du Sommeil du monstre.

En 2011 il publie l'album "Julia et Roem" chez Casterman ainsi qu'un livre d'entretiens sur sa vie et son œuvre "ciel d'orage".

En 2019, il est membre du jury au Festival de Cannes sous la présidence d'Alejandro González Iñarritu.

Photos: Thierry Vaslot (CZ /A.C.R.)

 

 



 

Recherche Google

Publicité