Ciné-Zoom

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

NEUILLY SA MERE !

( 39 Votes )
NEUILLY SA MEREZoom Comédie

Sortie : le 12 Août 2009

VU - 3 Zooms

Film français
Réalisé par Gabriel Julien-Laferrière
Avec Samy Seghir…
Comédie – 1h30 -

Rencontre Ciné-Zoom Photos avec l'équipe du film au Pathé Plan de Campagne à Marseille.

Votez en cliquant sur une étoile : de je n'aime pas... à j'aime à la folie 

NEUILLY SA MERE
Titre original : Neuilly sa mère !

Distributeur : TFM Distribution

Musique originale de Cut Killer, Hervé Rakotofiringa, David Dahan

Samy Seghir

Avec aussi : Jérémy Denisty, Rachida Brakni, Denis Podalydès, Joséphine Japy, Mathieu Spinosi, Chloé Coulloud, Farida Khelfa, Anne Duverneuil, Pierre-Louis Bellet, Shaiko Dieng, Josiane Balasko, Valérie Lemercier, Booder, Steve Tran, Axel Boute, Ramzy Bedia, Armelle, Olivier Baroux, François-Xavier Demaison, Julien Courbey, Valérie Lang, Eric Berger, Pierre Menez, Frédéric Chau, Reem Kherici, Elie Semoun, Marie-Christine Adam…Djamel Bensalah

 

 

 
L'histoire : Un garçon, 14 ans, vit heureux avec ses potes dans sa cité de Châlon. Hélas, le destin l'arrache un jour à son paradis, et le propulse dans l'enfer de... Neuilly-sur-Seine !

Là, il est confié à sa tante, qu'il rencontre pour la première fois, et à son mari,  héritier d'une vieille famille française extrêmement rigide sur les bonnes manières.

Dans leur hôtel particulier de Neuilly, il va devoir partager le quotidien de son cousin du même âge, plein de préjugés racistes et obsédé par son ambition de devenir un jour... Président de la République !
NEUILLY SA MERE
Heureusement, au très chic collège privé Saint-Exupéry où il fait une arrivée remarquée, il tombe sous le charme de la plus belle fille de la terre...

Pour la séduire et réussir sa nouvelle vie, il va devoir prouver à tous qu'il n'est pas une racaille de banlieue, prête à piller l'hôtel particulier, rançonner ses nouveaux copains, et brûler des voitures...

NEUILLY SA MERE

Notre avis : Une comédie sociale qui se laisse voir avec plaisir, mais qui n'est pas dénuée de sens profond, ni de réflexion sur les différences : ici, sociales plus que d'origines raciales. Les clichés sont abattus, mais dommage qu'il faille fournir des preuves lorsque l'on est en dehors de ces clichés. Il faut faire ses preuves, car nous sommes dans un monde de suspicions. Vivement le jour où l'on n'aura plus à se justifier de rien ! Ce n'est pas demain la veille... En tout cas, on se marre bien des défauts que forge notre société, espérons qu'ils puissent un jour disparaître... Gérard Chargé - 3 Zooms -

 Armelle

Rencontre Ciné-Zoom avec le producteur Djamel Bensalah, les comédiens Samy Seghir, Jérémy Denisty, Booder et Armelle, au Pathé Plan de Campagne à Marseille.

 

Armelle : "Je suis heureuse de faire partie de ce qui me plaît, et j'adore ce film. Je suis issue de deux milieux sociaux différents, je suis bilingue dans les classes sociales en quelque sorte. De plus, jouer ce personnage de prof, m'a rappelé, que j'avais fait des étudespour devenir prof. J'aime la pédagogie."

 

 Booder

 

 

Booder : "Je me suis amusé à faire un chef de gang peu banal : déjà le nom, les Picasso. je ne voulais pas tomber dans les clichés en interprétant ce personnage, qui est quand même un raquetteurs. C'est un sujet dur, même si c'est marrant, il ne faut surtout pas friser le ridicule et tomber dans les a prioris. Ce fut un régal et je conçois le cinéma de cette façon : dire et montrer des choses, tout en se divertissant."

 

 

 

NEUILLY SA MERE

Djamel Bensalah (scénariste/producteur) à gauche sur la photo ci-dessous :  "Au cinéma, je pense que les enfants sont plus natures que les adultes. J'ai écrit cette histoire pour SSamy et Jérémy, car pour moi, ce sont deux génies de la comédie. Je les avais dirigés dans "Big City" et je voulais faire un film contemporain avec eux et je me suis inspiré d'eux. Ce film est une lutte de classe, car le racisme aujourd'hui est plus dû à la position sociale."

 L'équipe

Djamel Bensalah : "Aujourd'hui, ce sont les partis politiques qui dérangent. Cette histoire permet de raconter des choses sur les a prioris, les faire exploser pour mieux vivre ensemble. C'est un comédie, une plaisanterie, qui essaie de rassembler les gens. Un film citoyen, qui offre une caricature de notre société. je pense que le cinéma a un rôle social à jouer. Les deux mondes décrits dans le film, se reconnaissent, car tout ce qui est mis, est sincère. Je pense que l'on peut être ambitieux et humain, l'un n'enlève pas l'autre."

 L'équipe

Djamel Bensalah : "C'est un cinéma de l'espoir et du rassemblement. Je pense qu'aujourd'hui, les choses restent très figées. Il y a eu, en une génération, des "gamins assassinés", à cause de cela. A 12 ans, les jeunes des cités, sont des gamins qui n'y croient plus., on s'est rendu compte de cela en faisant le casting."

 

 Samy Seghir et Jérémy Denisty

Djamel Bensalah : "Aujourd'hui, on a une classe moyenne issue de l'émigration, qui n'existe pas à l'image (au cinéma ou à la télévision), en général. Je m'efforce de montrer cette réalité dans mes films, et c'est le cas avec celui-ci."

"Je donne plus, pour qu'on se marre plus."

 

 Photos et propos recueillis par Gérard Chargé (A.C.R.)

 

 

Recherche Google

Publicité