Ciné-Zoom

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Tous les Films Zoom Comédie OSS 117, RIO NE REPOND PLUS...

OSS 117, RIO NE REPOND PLUS...

( 26 Votes )

OSS 117Zoom Comédie

Sortie : le 15 Avril 2009

VU - 3 Zooms

Film français
Réalisé
par Michel Hazanavicius
Avec Jean Dujardin…
Comédie d'espionnage – 1h40 -

Rencontre Ciné-Zoom avec le réalisateur et les comédiens à Marseille aux 3 Palmes et aux Rencontres de Gérardmer 2009.
 
Votez en bas de la fiche : j'aime un peu... à la folie...
OSS 117
Titre original : OSS 117, Rio ne répond plus

Distributeur : Gaumont Distribution

 

Musique originale de Ludovic Bourse


OSS 117

Avec aussi : Louise Monot, Rüdiger Vogler, Alex Lutz, Ken Samuels, Reem Kherici, Pierre Bellemare, Serge Hazanavicius…


Site officiel :
www.oss117.fr


OSS 117

L'histoire : Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, est l’espion français considéré par ses supérieurs comme le meilleur de sa profession.

En cette année 1967, il est envoyé en mission à Rio de Janeiro, à la recherche d’un ancien dignitaire nazi réfugié en Amérique du sud après la guerre.

OSS 117
Les péripéties de son enquête vont l’amener à traverser le Brésil, de Rio à Brasilia en passant par les chutes d’Iguaçu, accompagné d’une charmante espionne du Mossad, elle aussi à la recherche du nazi.

L’homme a du charme, la jeune femme aussi et, sur fond de bossa-nova, ils vont alterner aventure et histoire d’amour…

 

 

Rencontre Ciné-Zoom avec le réalisateur et les comédiens à Marseille aux 3 Palmes et aux Rencontres de Gérardmer 2009. 

Notre avis : Michel Hazanavicius nous avait déjà convaincu avec l'opus précédent "OSS 117 Le Caire nid d'espions." On attendait cet épisode-ci avec impatience et l'attente est fortement comblée. Personnellement, il y avait longtemps que je n'avais pas ri autant au cinéma. C'est rempli de références, de sous-entendus, de jeux de mots, qui pourraient parfois être lourds, mais qui sont si fins et subtils finalement. Une parodie et un hommage aux films d'espionnage des années 60. Dujardin est très bien, posé et très à l'aise dans la retenue et dans le ton juste convenant à un tel personnage qui théoriquement devrait représenter l'homme et le héros dans toute sa splendeur et qui a pour bagages de sacrées failles (que je ne dévoilerais pas ici). Louise Monot est surprenante et très présente dans le rôle de l'espionne féministe. Serge Hazanavicius et les membres des services secrets israéliens, jouent les désappointés à merveille. Signalons l'amusante prestation de Pierre Bellemare et enfin Rüdiger Vogler qui est remarquable en ancien officier SS. Et puis tout le monde en prend pour son grade - les américains, les israéliens, les français, les allemands - et le film descend tout les clichés par cet humour travaillé au millimètre, pour un film qui se présente à nous à différents degrés de lecture. Un OSS 117 qui ne se prend jamais au sérieux, pour notre plus grand plaisir, afin de rire et sourire et même éclater de rire ! Un régal et en plus, c'est au Brésil. Rio, on répond présent... Gérard Chargé - 3 Zooms -
 
Michel Hazanavicius "Il fallait respecter le premier et le Rdv avec les gens qui l'ont aimé. C'est un film complètement nouveau, ce n'est pas un cloone du précédent avec les mêmes ingrédients.  il  est dans la même veine humoristique. On parle des juifs avec des blagues, mais aussi des américains, des français, des allemands : dans le premier, on se moquait des musulmans. C'est un film qui pose les blagues racistes sur la multiplicité des cibles. Les points communs, entre les 2 films, c'est la bêtise du personnage et le spectateur reconnaît qui est l'idiot. Je n'ai pas fait cela pour heurter les gens, ni qui que ce soit, Jean dit que c'est un plaisir de sale gosse..."
 
Jean Dujardin "Il y a un certain plaisir de casser les idoles, au départ, c'était l'image de Bond qu'il fallait casser et je pense qu'on y parvient avec cet espion-là. Il fallait salir le personnage, le mettre en échec, par rapport au premier film. C'est quoi son quotidien ? Des petites histoires dont tout le monde se fout finalement. Ce film est une grosse farce, et on s'est amusés à le faire... et se fondre dans le cinéma de papa, chargé de conneries, ça c'est du fantasme et on l'a vécu ! Encore uns chose, on se levait à 4h30 du mat, prêts à tourner à 5h, c'était cool, comme cela on avait nos soirées qui commençaient tôt à Rio..."
 
Propos recueillis et photos : Gérard Chargé (ACR)
 

Recherche Google

Publicité